"

L'Origine du monde

 

 

Tout commence comme dans un Rêve

Par un Déjeuner sur l’herbe

Quelques mots au Jardin des Délices

 

Premiers pas avant un Baiser

Tout Près d’une maison claire

Un Coucher de soleil sur le lac

 

 

 

                                                                     Elle lui sourit, Nue dans les draps

                                                                     Pour lui, elle est l’Origine du monde

                                                                     Ensemble ils vont courber les bras

                                                                     Comme l’Alpha et l’oméga

 

 

Dans une étreinte nouvelle

Elle se sent pousser des ailes

Elle est prête à toutes les folies

 

Quand te maries-tu, dit-elle ?

Et elle pense aux Demoiselles

D’Avignon qui dansaient sur le pont

 

 

                                                                      Elle lui sourit, Nue dans les draps

                                                                      Pour lui, elle est l’Origine du monde

                                                                      Ensemble ils vont courber les bras

                                                                      Comme l’Alpha et l’oméga

 

 

Seul dans la Lumière d’automne

Dans l’Escalier qui résonne

Il attend, il est Désespéré

 

 

Il repense à son amante

Ses yeux, les lèvres brulantes

Sa peau qui le faisait chavirer

 

 

                                                                      Elle souriait, Nue dans les draps

                                                                      Pour lui, c’était l’Origine du monde

                                                                      Et ensemble ils courbaient les bras

                                                                      Comme l'alpha et l'oméga

                                                                                                                                                                                                    © Laurya Lamy

 

 

Merci la vie

Petite fille j’étais de celles

Petite fille j'étais de celles

Qui brillaient par leur volonté

Je me sentais pousser des ailes

Dans un monde un peu étriqué

Les grands écrivaient mon histoire

Et moi je restais de côté

Ma vie, mon seul territoire

Alors je me mis à chanter

 

                                            Merci la vie

                                            La lumière et l’ombre

                                            Un vol de colombes

                                            Un jardin mouillé

 

 Mes amours souvent transitoires

Et ce refus de s’engager

Les mots qu’on écoute sans y croire

Les hommes que j’aimais à moitié

Leurs gestes pas toujours très tendres

Les rires qu’on n’a pas partagés

Les baisers que j’n’ai pas su prendre

Ceux qu’on aurait pu me donner

 

                                             Merci la vie

                                             La lumière et l’ombre

                                             Un vol de colombes

                                             Un jardin mouillé

 

J’ai appris à aimer les roses

Et la douceur des nuits d’été

La vie réserve bien des choses

Qu’il ne sert à rien d’expliquer

Si sur les chemins je devine

Les ronces qui me piquent les pieds

Elles sont un peu de mes racines

Comme ces manques qui ont compté

 

 

                                                  Merci la vie

                                                  La lumière et l’ombre

                                                  Un vol de colombes

                                                  Un jardin mouillé

 

                                                 Merci la vie

                                                 Mon cœur qui succombe

                                                 Les barrières tombent

                                                 Un ciel étoilé

 

                                                 Merci la vie

                                                 Quand je vagabonde

                                                 Nue dans la pénombre

                                                 Pour te retrouver enfin                     

                                                                                                                                                                                                    © Laurya Lamy

 

 

L'antimonde

Dans un antimonde, on se rencontrera

Tu ne me seras pas trop antipathique

Il y aura anti-matière à se parler

Toi l’antisocial, et moi l’antilope

 

Je viendrai m’allonger dans ton antichambre

On se regardera, au début sceptique

Nos bouches se mêleront, comme un anti-poison

Traitement antichoc, et antiseptique

 

 

                                                      Ce n’sera pas toi,

                                                      Ce n’sera pas moi

                                                      Ce sera l’antimonde

                                                      Juste après le big

                                                      Juste après le bang

                                                      Juste après le Big Bang

 

Anticonformistes par anticipation

On s’aimera dans l’abri antiatomique

Sous mes doux anticorps tu glisseras tes mains

Piqûre de rappel et antirabique

 

On fera l’tour des boîtes, des bouges antitabac

J’avalerai tout de toi, délicieux antidote

Je te f ‘rai marcher nu sous les anticyclones

Traitement antirouille sous la pluie intégrale

                                                     

 

                                                      Ce n’sera pas toi,

                                                      Ce n’sera pas moi

                                                      Ce sera l’antimonde

                                                      Juste après le big

                                                      Juste après le bang

                                                      Juste après le Big Bang

 

 

Quand j’aurai fait l’tour de toi, aux antipodes

Qui sait j’irai retrouver peut-être un antiquaire

 Où un antihéros rangé de l’Antigang

Un droïde en titane, sur le Pôle Antarctique

 

 

 

                                                     Ce n’sera pas toi

                                                     Ce n’sera pas moi

                                                     Ce sera l’antimonde

                                                     Juste après le big

                                                     Juste après le bang

                                                     Juste après le Big Bang

                                                                                                                                                                                                    © Laurya Lamy

          

 

 

 

 Le vin

On a tout dit sur le vin, tout écrit, chanté, peint, sculpté. Grâce à lui, des poètes, écrivains, peintres, auteurs de chansons ont produit leurs plus beaux chef d’oeuvres ; grâce, à cause ou malgré lui parfois, quand « l’ivresse des profondeurs » vous tient… L’art et le vin, un couple indissociable, destructeur ou inspirateur de génie. Au gré de mon inspiration, je me suis laissé porter, et je vous livre mon petit Délirium Tremens. Si le vin était un paysage, ce serait des coteaux à perte de vue, arrosés de soleil. Si le vin était une chanson, elle serait à boire. Si le vin était un compromis, on y mettrait de l’eau. Si le vin était une musique, de l’attaque au final il y aurait accord parfait. Si le vin était une danse, elle consisterait à faire un pas à gauche, un pas à droite, légèrement sautillant, telle une polka piquée par exemple, en essayant de ne pas rouler sous la table. Si le vin était une saison, assurément, ce serait la fin de l’été quand les grains arrivent à maturation. Si le vin était une personne, elle serait tour à tour grisée, ivre, éméchée, partie, pompette, schlass, noire, givrée, brindezingue, bourrée, paf ou bien… sobre à jamais. Si le vin était un sentiment, la joie. Si le vin était une unité de mesure, le gigalitre, comme les dizaines de milliards de litres consommés chaque année dans le monde. Si le vin était une liqueur, il serait vin de palmes, de pêches, de noix, de myrtilles. Si le vin était un Dieu... Bacchus ou Dyonisos. Si le vin était un moment d’Histoire, ce serait la « scène » du repas de Jésus et de ses apôtres partageant le pain et le vin. Si le vin était un sens, il serait les 5 sens à la fois, car il en faut au moins autant pour le goûter à sa juste valeur. Si le vin était mauvais, il serait piccolo, pinard, picrate, piquette, vinasse. Si le vin était un voyage, il nous emmènerait de l’Italie à Madère en passant par l’Espagne, puis remontant jusqu’en Bourgogne, et aux rives du Rhin, comme par enchantement il nous transporterait en Californie pour piquer droit au Sud sur le Chili. Si le vin était une caractéristique, il serait grand, gros, vieux, ordinaire, mauvais, bourgeois, courant, de table, de consommation, de messe, cuit, d’Orange, doux, naturel, aromatisé, sec, capiteux, chaud. Si le vin était une citation, « Les vins comme les toiles de maître ne sont pas affaire de science, mais d’art » - Charles Pomerol. Si le vin était un lieu, il serait bistrot, troquet, bar, café, taverne, mastroquet. Si le vin était une bataille, ce serait une bataille entre le blanc et le rouge, avec le rosé pour arbitre, les jaunes et les gris jouant les remplaçants. Si le vin était une récompense, il serait ce « vin paysan » cher à Henri Vincenot, ou ce « vin des travailleurs » récompense d’un dur labeur. Si le vin était une peinture « Le déjeuner sur l’herbe » de C.Monet ou « L’automne » de G.Arcimboldo. Si le vin était un idéal, il serait le partage.

 

©Laurya Lamy

 

 

 

Dans le Secret de la Thebaïde

 

Etre une femme artiste en 2015, très concrètement, c’est être bien souvent son propre agent, représentant de commerce, femme d’affaires, psychologue, voire extralucide. C’est faire preuve de qualités de gestion et d’organisation certaines, de pragmatisme, c’est posséder en outre une santé à toutes épreuves, et une bonne dose d’humour. Moins prosaïquement, être une artiste femme en 2015, c’est pour moi, plus que jamais voir le beau et le « pas beau », c’est avoir gardée intacte sa capacité à s’émouvoir, à s’émerveiller, à se mettre en colère, c’est aussi rêver éveillée, envisager, laisser parler son imaginaire, son intuition, et mettre le tout au service de son art. C’est par exemple, m’emparer de tout ce qui me touche personnellement, pour le dépasser puis le transformer et transmettre une vision, la mienne, donc forcément une vision subjective, en espérant qu'elle touchera le public, les gens. Pourtant, être artiste femme en 2015, c’est aussi pour moi ne pas chercher particulièrement à être consensuelle, ni « politiquement correct », mais bien tenter d’être soi, sans faire du « moi », sans nombrilisme. Et puis parfois aussi, c’est construire, jour après jour dans la solitude et le secret de sa thébaïde, c’est éclore, imploser, loin du tumulte, de l’agitation, des paillettes et des apparences, de l’autre côté du miroir, sans attendre de reconnaissance, ou de résultat spectaculaire ; périodes de repli propices à la « jachère » créatrice, alternant avec les périodes d'extériorisation, de représentation pure, lorsque l’on jette à la face du monde - prétention suprême - les fruits de son travail. Enfin, au-delà de la femme artiste ou l’artiste femme, il y a la terrienne que je suis, qui est intimement convaincue que l’art qu’elle a choisi ou qui l’a choisie est la meilleure chose qu’elle ait à faire sur cette planète, dans cette période donnée ; il y a le bipède qui cherche à travers la musique, le chant, les mots, à tendre vers l’universel - ambitieux programme - Il y a enfin la citoyenne du monde, qui a l’intuition très prégnante que l’Art a totalement sa place dans la société, les sociétés, pour ce qu’il représente de poétique, d’intemporel, d’inexplicable parfois aussi, comme si quelque chose nous échappait, et pour la force qu’il possède, quant il s’agit de décrypter le monde, d’adoucir nos peines, et d’entrevoir derrière le chaos, un chemin, peut-être…

 

©Laurya Lamy

Copyright Laurya Lamy @2019

+33 (0)6 61 41 72 75

Laurya Lamy est soutenue par l'association "Chanson En Liberté" (N° Siren 847 856 622)

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle